Des ordinateurs portables en bois …

… Seulement la coque !

A l’occasion de la semaine du développement durable, un retour sur deux initiatives de constructeur d’ordinateurs portables. Entre engagement réel et surf sur la vague verte  (ou green washing 😉 ).

asus u6v bamboo

asus u6v bamboo

ASUS U6V Bamboo

T’as le look coco !
« Série Bamboo : inspirée par la nature, créée pour vous accompagner avec style » comme dit la pub.
L’Ecobook du fabricant taiwanais Asus possède une coque composée de lamelles de bambou, matériau dont l’avantage est d’être facile à travailler, résistant, abondant et … peu coûteux. A noter (pub gratuite) que la FNAC  (notamment)  le propose sur son site web pour ceux que ça intéresse. 

L’Ecobook a été conçu pour être recyclable et économe en énergie. Asus a numéroté chaque pièce de l’ordinateur afin de faciliter le démontage et le remplacement des pièces défaillantes plutôt que la machine entière.

En savoir plus sur les portables écologique Asus.

 Green IT, label vert de FujitsuFujitsu, membre du groupement de constructeurs informatiques et éditeurs de logiciels engagées dans la développement de technologies efficientes en énergie « the green grid™ » a lancé fin 2008 son propre label vert le « Green IT label » assorti de 1 à 3 étoiles en fonction de critères environnementaux spécifiques (détaillés ici).

jujitsu woodshellPour revenir au bois, Fujitsu avait présenté le Woodshell dans le cadre du  « Japan Design 2008 – Innovation – «  exposition qui s’était tenue de 16 to 20 à Milan lors du Salone Internazionale del Mobile et un portable dont la coque est fabriquée avec 30% de bio-plastique.

Ces initiatives ne doivent pas faire oublier que selon le rapport sur les Technologies de l’information/communication (TIC) et le développement durable la consommation électrique en France des TIC représente 13% de la consommation totale du pays.

Par ailleurs sur le million de tonnes de produits électriques et électroniques mis sur le marché en France en 2007, seulement 157.000 tonnes ont été récupérées (dont pour les TIC 24.000 tonnes), loin des 250.000 tonnes préconisées par la directive européenne DEEE (Déchets d’équipements électriques et électroniques). Le reste finit ailleurs … comme ici en Chine . Le classement annuel de Greenpeace des fabriquants de matériels TIC en fonction de leur engagement écologique nous montre que le chemin est long pour faire évoluer les pratiques.
Publicités

Le e-commerce plus écologique que le shopping en magasin

Selon une étude réalisée par  le Green Design Institute de l’Université de Carnegie Mellon (USA) les courses sur Internet serait moins polluantes que le shopping traditionnel. Pour arriver à ces conclusions une équipe de chercheurs a suivi les trajets effectués par deux commandes. L’une effectuée via un magasin physique traditionnel, l’autre via le site de e-commerce américain Buy.com. Dans les deux cas, toutes les pérégrinations du produit depuis le fabricant jusqu’au domicile du consommateur ont été suivies afin de comparer leurs émissions de dioxyde de carbone et leur consommation d’énergie. « Nous avons pu démontrer que dans la majorité des cas étudiés, le modèle d’e-commerce Buy.com s’en sort mieux dans ces deux domaines que la vente traditionnelle » explique H. Scott Matthews, chercheur principal de l’institut.

Avec la réduction des intermédiaires, les résultats montrent que la chaîne de distribution de l’e-commerce réduit l’impact environnemental de 35 %. L’essentiel des gains tient dans la réduction des émissions de carbone et des dépenses d’énergie liées au transport.

> Cliquez ici pour en savoir plus sur le site de veille de L’Atelier BNP Paribas (toujours aussi intéressant).

Remarque : Pour les produits alimentaires rien ne vaut les circuits courts : achat direct aux producteurs, sur les marchés et les épiceries … bio bien sûr 😉